1

Les amoureux campent rarement sur leurs positions : ils passent vite de l’inclination du cœur à l’inclinaison des corps...

- Daniel Confland
 
0

Quand les hommes politiques ouvrent leur parapluie, leur niveau de précipitation à réformer devient nettement inférieur à la moyenne saisonnière

- Daniel Confland
 
0

Les marques d’estime sont comme les promesses : elles n’engagent que ceux qui en font cas !

- Daniel Confland
 
0

La ménopause a en commun avec la récession économique d’être l’expression d’une crise où les flux s’arrêtent et les stocks s’accumulent de tous côtés

- Daniel Confland
 
0

Un homme politique malhonnête est comme le cerf-volant : il est gonflé de vent, il se pare de belles couleurs pour séduire, et lorsqu’il vole il est en général manipulé par quelqu’un qui tire les ficelles !

- Daniel Confland
 
0

Dans l’expression des haines recuites, le parler cru n’est jamais bien loin

- Daniel Confland
 
0

La nostalgie ne fait du bien que si elle tient de nos vingt ans, après la nostalgie se nomme mélancolie

- Daniel Confland
 
0

Ah, l’élégance comme vertu ! L’élégance est un parfum sans flagrance qui imprègne des pieds à la tête qui la possède, femme ou homme. Elle s’apprend en partie et se cultive sur tel point, mais l’élégance complète est seulement innée. Elle conjugue l’élégance du corps, qui se mesure au port de tête, à la démarche, à la gestuelle plaisante et sans affectation, avec l’élégance du savoir être où se retrouvent le charme de l’expression orale, le discret fairplay ainsi qu’une constante délicatesse dans le rapport à l’autre. L’élégance est un bien rare qu’aucune richesse ne saurait acheter !

- Daniel Confland
 
1

Le comble de la paresse chez un écrivain : ne rien lire d'autre que les livres qu’il a fait écrire par son nègre

- Daniel Confland
 
0

200 aphorismes, apophtegmes, maximes, sentences et autres considérations - par Daniel Confland Ce recueil réunit deux cents et quelques aphorismes, apothtegmes, maximes, sentences et autres considérations, qui sont venus à Daniel Confland au fil du temps. Comment caractériser l’ensemble ? On parlera volontiers de ponctuation de la pensée, un genre où le concentré de sens vaut plus que la concision de forme. Ces « brèves » n’appartiennent ni ne font référence à aucun texte ou contexte. Elles sont « autoportées » par leur énoncé même. Elles s’imposent à l’esprit en révélant, avec la force de conviction d’une évidence ou d’une incongruité, une opposition, un paradoxe, un parallèle inusité ou encore une morale. Il serait vain de se comparer aux maîtres que sont Montaigne, Pascal, La Rochefoucauld, Vauvenargues, Wilde, Valéry, Daninos ou, s’agissant des humoristes français, Allais, Dac, Desproges, Coluche ou Bouvard. Mais, à l’instar d’autres domaines, la pratique naît de l’envie et, si le talent n’est pas donné à tout le monde, l’envie, elle, est donnée à qui veut l’avoir ! Encore un aphorisme ?

[button link="http://www.lulu.com/shop/daniel-confland/200-aphorismes/paperback/product-21049417.html" type="big" color="orange" newwindow="yes"] En Savoir Plus et Commander[/button]

-
 
0

L'école de Léningrad de Daniel Confland

L'Ecole de Léningrad : une imposture qui prend corps et s'impose :

« Un mensonge auxquels une majorité d'individus finit par croire deviennent la réalité. Les mensonges auxquels personne ne croit restent des mensonges! ».

Un destin politique qui croise d’autres destinées avortées

Le roman suit une trame chronologique, de 1985 à 2012. Mais l’intrigue déborde jusqu’au tout début de 2014. Pourquoi ? Parce que l’auteur croit que la partie politique qui se joue en France en 2012 aurait pu se dérouler autrement si des contingences improbables survenues outre atlantique n’étaient venues se mettre en travers des prévisions et des sondages. L’auteur fait donc « comme si » le prévisible avait dû se produire et mener à la Présidence de la République celui qu’on s’apprêtait à plébisciter. Mais le hasard est capricieux et farceur. Bien des rebondissements peuvent se produire quand des apprentis sorciers veulent modifier le cours des choses et la marche du temps !

Jean-René Blanquin : Amoureux du Verbe...

Le personnage principal aime à dire : « Mettre les mots en bouche mets les idées en place!". C'est aussi un grand "ciseleur de formules », qu'il les invente lui-même ou qu'il les suscite chez autrui. L'aphorisme, c'est la ponctuation des situations ! Il regrette que les politiciens manquent d’une vision : « Le canon sans recul ne recule pas, la pensée sans recul n’avance pas !... »

Les étapes du succès politique :

  • « Les politologues sont comme les météorologues : plus habiles à gloser sur le passé qu’à prédire l’avenir ! »
  • « J’ai appris une chose : en politique, il ne suffit pas d’avoir du cœur, il faut aussi de l’estomac ! »
  • « Etre député est un étrange métier. Un député naît rarement femme, et c’est bien dommage. Un député peut être blackboulé dès la fin de son premier mandat, sans espoir de retour, orphelin de son emploi précédent et éventuellement sans ressources. Voilà pourquoi, l’hémicycle est un nid de fonctionnaires et de professions libérales »
  • « Il est des ministres qui marquent leur époque et d'autres que l'époque ne remarque pas ! »

[button link="http://www.lulu.com/shop/daniel-confland/lecole-de-l%C3%A9ningrad/paperback/product-20124356.html" type="big" color="orange" newwindow="yes"] En Savoir Plus et Commander[/button]

-